Accueil > Conférence de P.O. Lauvige à Kedge Business School

Conférence de P.O. Lauvige à Kedge Business School

Pour cette première conférence de l’année, quelques 170 étudiants étaient réunis dans un amphi B bondé, au point que la logistique de notre tribune étudiante a dû réquisitionner des chaises pour que chacun puisse poser son séant. La conférence, outre son succès indéniable, bénéficiait en plus d’être intégrée dans le cours de gestion de crise. L’Encre de  était présent et vous propose de revenir sur les points-clés de cette conférence.

C’est donc à 17h30 que Pierre-Olivier Lauvige, invité de cette conférence, a pris la parole. Cet ancien journaliste a, en 2005, créé NetCast Conseil. Il intervient en tant que consultant auprès des dirigeants d’entreprise pour les conseiller sur la communication à avoir en cas de crise. Il s’appuie pour cela sur ses 15 ans d’expérience en tant que journaliste (Le Figaro Magazine, Le Point, Les Echos, Stratégies, Le Nouvel Economiste…). Son idée principale est que la crise, qui pousse l’entreprise sous le feu des projecteurs, peut aussi constituer une véritable opportunité de communication, pour véhiculer un message auprès du grand public. Pour cela, le parti pris de NetCast est simple : privilégier le fond du message sur la forme, et utiliser des techniques de communication journalistiques....

Mais tout d’abord, il est important de redéfinir ce qu’est la crise : il s’agit de ce que les militaires appellent un ‘‘état de sidération’’, c’est-à-dire d’un moment où l’on reçoit une quantité excessive d’informations, empêchant de voir clair. Cela rend la prise de décisions particulièrement difficile. La gestion de la crise implique donc la gestion de ce trop-plein d’informations pour pouvoir réagir et communiquer. Une des premières choses à faire est donc de dédramatiser sa relation avec les événements actuels (chose particulièrement difficile pour un chef d’entreprise) afin de pouvoir prendre des décisions rationnelles et raisonnées.

La crise met l’entreprise au sein de l’actualité de par son caractère exceptionnel, elle donne donc aux journalistes la possibilité de transmettre une information qui suscitera l’attention d’un grand nombre de personnes. Il est fondamental de profiter de cette exposition médiatique subie car, en cas de refus de communiquer, d’autres acteurs (concurrents, syndicats…) s’exprimeront sur le sujet et pourrait dégrader l’image de l’entreprise sur le long terme. Cette audience importante permet donc à l’entreprise de faire passer un message, elle doit cependant veiller à ce que celui-ci ne soit pas détourné par les médias et n’arrive donc pas au public sous la forme souhaitée. Pour ce faire, les dirigeants d’entreprise doivent s’approprier des méthodes journalistiques et adapter leur communication en conséquence. 

Il ressort principalement de cette séance de question que, selon Pierre-Olivier Lauvige, l’intervention de consultants en communication est quasi-indispensable du fait de la difficulté pour les dirigeants de prendre du recul lorsqu’ils sont dans le feu de l’action. La plus grande force de ces cabinets est en effet, à l’instar des journalistes, de poser les bonnes questions pour atteindre le grand public précisément parce qu’ils n’ont pas une connaissance précise dans le domaine. De même, à la manière des journalistes, ils montrent que la meilleure des communications consiste à raconter une histoire, et donc de poser une problématique et de se poser en héros de l’histoire, puis de détailler l’action que vous allez mener, comment et surtout pourquoi.

 

11081752_649707751842686_380990791_n

 

Contactez-nous